Kulturelles

+++  02.05./Saal ERIK LEHMANN 'Der letzte Lemming'  +++  02.05./Bar Reggae und Dancehall mit SOULFOOD SOUND INTL.  +++  31.05./Saal NASTY plus Gäste  +++  06.06./Saal JAN JAHN 'In zehn Schritten zum Weltretter'  +++

 
powered_by.png, 1 kB
Home arrow Bildung arrow Bildung arrow DOCUMENT FINAL DU FORUM TRICONTINENTAL SUR LES GENRES. 2009
DOCUMENT FINAL DU FORUM TRICONTINENTAL SUR LES GENRES. 2009

Alte Feuerwache e.V. Jugendbildungsstätte Kaubstraße (Deutschland. Berlin)
Kompetenzzentrum geschlechtergerechte Kinder- und Jugendhilfe Sachsen-Anhalt (Deutschland. Magdeburg)
Mairie de Ouagadougou (Burkina Faso)
Fédération Régionale des Maisons des Jeunes et de la culture. Région Centre (France. Orléans)
Fédération Martiniquaise D´Animation et de développement (France. Martinque)
Aro Mocambique – Oranizacao para o deenvolvimento e promocao da juventude e informacao (Mocambique. Maputo)
Forum pour un développement Durable Endogène (Sénégal. Kolda)

 

EXPLICATION DU FORUM TRICONTINENTAL SUR LES GENRES (du 28 Août au 8 Septembre 2009)

Nous, environ 50 jeunes et employés dans le domaine de la jeunesse issus de 3 continents et 5 pays, faisons un résumé pour la fin de notre forum dont les aspects interculturels des jeunes hommes citoyens actifs, encadré par l’Union Européenne. Après une rencontre avec des jeunes du Land de Saxe-Anhalt et d’un débat interne intensif dans les conditions du Campus Global Dialog 2009 au FEZ-Berlin  suivant les constatations, positions et les revendications de nos continents, de nos cultures et de notre conception du monde avons constaté au fil des échanges :


Genre, société et religion

Au cours des millénaires, les hommes ont cherché Dieu d’innombrables manières. Ainsi parler de société et religion, c’est faire un point important sur les  facettes de l’inégalité. L’homme naturellement a d’une manière ou d’une autre une orientation religieuse que lui impose en quelque sorte la société.
Dans les sociétés africaines par exemple, un des facteurs les plus importants qui contribuent à l’inégalité des hommes et des femmes, c’est sans nul doute la religion. En effet la religion nous impose une prédominance, peu mal vu, de l’homme sur la femme. Bien que naissant égaux et mêmes, la religion veut de la femme une soumission envers l’homme. Prenant prétexte que l’homme a été prédestiné pour dominer la femme.


Genre et travail

Le sujet du travail est un des plus discutés en Allemagne, si on parle de la thématique du genre, ou bien de l’égalité des sexes, car il y a encore beaucoup d’injustice dans ce métier la. En Afrique le problème est beaucoup plus grave. Par exemple en Mozambique il y a des travaux stéréotypes, ca veut dire typiquement pour les hommes/femmes. On a écouté l’histoire d’une femme au Mozambique qui est devenue célèbre à cause de son métier, elle était mécanicienne. On a dit qu’elle a donné un bon exemple et qu’il faut quitter ces stéréotypes. Les femmes, elles ont envie d’exercer les métiers, qu’elles veulent et quitter le schéma traditionnel. Pour arriver à cela, il faut vraiment changer la mentalité des gens. En Allemagne, ou bien en Europe, en fait les postes a responsabilité sont occupés souvent par les hommes (p.ex. dans une société d’avocatsà70% des managers sont hommes, en comparaison : 85% des secrétaires sont femmes). Aussi, souvent les hommes gagnent plus pour le même travail. Mais c’est déjà en train de changer et dans beaucoup d’entreprises le salaire est pareil, et le nombre de femmes dans les positions importantes, augmente continuellement. Un autre sujet qu’on a traité, c’est l’inégalité à l’embauche. Souvent on embauche des hommes, car ils ne prennent pas le congé parental. Une proposition pour une solution, qu’on a trouvée, c’est que les hommes, eux aussi, prennent le congé parental (2 mois avant, 2 mois après la naissance) pour qu’il y ait pas plus d’avantage si on embauche des hommes à la place des femmes. À notre avis on a trouvé beaucoup de solutions pour ce sujet très important et il faut réaliser quelques-unes d’entre elles pour finalement arriver à l’égalité des sexes.


Genre et Tradition

Pendant les jours qu’on était à Sachsen Anhalt et Berlin, on faisait des soirées interculturelles où on a pu apprendre certaines danses traditionnelles: Maana (Sénégalaise), warba (Burkinabé), marra benta (Mozambicaine), mazurka/ zouk (Martiniquaise).
On a pu voir qu’en Afrique la femme est la porteuse de la tradition, et cette même tradition lui réserve une place de soumission/subordination. Ce problème est issu des rites d’initiation. Dans les rites d’initiation on prépare les filles et les garçons à la vie adulte, les filles on les apprend à être soumises à leur mari. Aux garçons on les apprend à « dominer » leurs femmes et de les  contrôler, de prendre en charge leur famille.
Mais si on y regarde de près on constate que c’est la femme qui travaille beaucoup, c’est à dire elle produit la nourriture pour la famille, s’occupent des travaux ménagères et des enfants.
A notre avis, on ne peut pas s’en servir de la tradition pour « discriminer », « dominer » la femme, mais plutôt s’appuyer sur elle, pour trouver des stratégies pour l’égalité des genres.
On peut profiter des rites d’initiation pour enlever la femme, de façon à ce qu’elle exige du respect et pas soumission, et aux hommes on peut les apprendre à respecter la femme et les filles.
Les stéréotypes constituent une barrière à l’égalité des genres, si jamais il y a des gens qui veulent changer leurs traditions, ces gens sont mal vus.


Genre et Ecole

Pendant  le séjour, le sujet du genre et éducation a aussi été traité. On a constaté que les garçons sont plus motivés dans les filières techniques, scientifiques, économiques ...
Mais que les filles étaient plutôt intéressées par les sections sociales, médias, littéraires...
Dans certaines écoles visitées, il y a plus d´enseignantes que d’enseignants. Mais dans la plupart des pays africains il y a une différence car les enseignants sont plus dominants. Et aussi les élèves garçons sont plus majoritaires car on a un problème de maintien des filles à l´école à cause des grossesses précoces, mariages forcés et la pauvreté. Le niveau de réussite est aussi différent selon les pays. Par exemple, en Martinique 60% des filles réussissent au bac contre 40% de garçons. Au Sénégal, environ 60% de garçons réussissent au bac contre 40% de filles. En Allemagne, dans les premières années, les filles sont meilleures mais á l´examen  les garçons ont de meilleurs résultats et plus nombreux dans les études supérieures.


Genre et Famille

 Le sujet du genre dans la famille a été l´un des thèmes les plus évoqués lors de nos échanges. Nous constatons clairement qu´ici en Allemagnes les taches sont partagés entre  l´homme et la femme. Par exemple nous voyions des hommes s´occuper des enfants pendant que les femmes se rendent au travaille. Nous pouvons donc affirmer à travers ces constats qu´une inégalité ne se pose pas tellement dans les familles Allemandes. Par contre, chez moi au Burkina Faso, l´homme ne partage pas les taches ménagères avec la femme, on dit le plus souvent que ces taches sont uniquement réservées aux femmes, et si jamais on voyait un homme aider sa femme sur ces  taches, on dira qu´il na pas de dignité. Cette façon de penser est plus accentué dans les régions. Il arrive que les hommes imposent a leur première femme une ou deux coépouses, et pourtant la femme ne peut pas le faire, parce que c´est  gauche et pas normal.


Genre et Developpement

A travers les différentes discussions, il ressort que le développement peut être possible avec une société mixte. Cependant, longtemps les décisions ont été prises par les hommes pour les hommes et non pour l´HOMME. Projet économique, social, culturel, sportif, familial etc. ... pensé par des hommes.
Comment peuvent-ils savoir ce qui convient à la femme ou aux enfants s´ils ne vivent pas le quotidien avec eux.
Economiquement qui gère un foyer ? Le ménage ? Les femmes dans presque toutes les cultures :
La elles font du management et acquièrent certaines expériences inimaginables.
Qui favorise les premiers apprentissages de la vie ? Les mères.
Qui apporte des a travers le bénévolat, dans les associations ou œuvres charismatiques ?
Faut-il seulement se contenter de donner des ordres, d´écrire des lois, de décider pour être plus fort, pour être entendu, ou se faire obéir.
Hommes et femmes ne pourraient-ils pas mieux développer le monde, la société si conjointement ils participaient aux projets, aux études et débats pour une société plus équitable dans tous les domaines (agricole, industriel, santé, politique, loisirs, culture, sport ...)
Ainsi donc, cela doit commencer dans les foyers (du diplomate au plus simple citoyen) pour l´éducation des enfants, la gestion du foyer, etc. ...
La politique devrait être pensée en binôme dans tous les pays.  En effet, les problèmes sont perçus différemment par un homme ou par une femme. Ainsi, ensemble ils peuvent régler en profondeur les grandes questions et tenter d´apporter des solutions pour la masse, pour la société :
Du point de vue social, une population épanouie, instruite, permet de réduire un certain nombre de fléau (maladie, délinquance etc. ...). Les personnes peuvent s´informer, se cultiver, et de ce fait se laissent moins souvent abuser et sont moins naïves.
L´intérêt serait que :
- chacun pense au bien être, a l´épanouissement de chacun :
- Traiter les uns et les autres avec respect,
- pouvoir éduquer l´ensemble des populations
Et enfin garantir l´intégration des femmes et des hommes dans tous les aspects de la vie.


ENSEMBLE, NOUS RECLAMONS SELON LES CONSTATATIONS DETAILLEES CI-DESSUS LES MESURES ESSENTIELLES POUR PROMOUVOIR L’EGALITE DES GENRES TELLES QUE :

v    Fixer des quotas dans le service public/dans l’industrie

v    Accès égal à compétence égale/ salaire égal

v    Réviser les salaires de certains corps de métier afin d’inciter les hommes à choisir ces emplois (exemples : éducateurs de jeunes enfants, animateur périscolaire, instituteur à l’école maternelle,)

v    Créer davantage de dispositifs dans la garde des enfants : crèches, garderies, jardins d’enfants

v    A plein temps, et subventionnés afin de favoriser l’intégration des femmes au marché du travail

v    Mise en place de structures d’accompagnement des parents pour l’éducation de leurs enfants

v    Instituer  le Congé de paternité payé

v    Mise en place d’écoles de 8-18 heures, avec cantine, clubs de sport etc.

v    Cours de cuisine et de puériculture pour tous les jeunes 


Berlin, Magdeburg  Septembre 2009

 
< zurück   weiter >
© 2014 Dachverein Reichenstrasse e.V.